Les villes et les négociations de la COP26

Les villes sont parmi les plus grandes sources d'émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au changement climatique, mais elles sont aussi celles qui en subissent le plus les effets. Beaucoup dépend de la manière dont elles sont planifiées, construites et utilisent l'énergie pour permettre aux gens de vivre, de se déplacer et de s'épanouir. Pour de nombreuses villes et collectivités locales et régionales, la lutte contre le changement climatique est devenue un élément central et moteur de leur action municipale. En conséquence, beaucoup se sont mobilisées, notamment par l'intermédiaire de leurs réseaux de villes, au niveau multilatéral et ont participé à la conférence de l COP26 sur le changement climatiqueGlasgow, Royaume-Uni (31 oct. au 12 nov. 2021).

L'objectif de l'événement organisé par le Geneva Cities Hub, en partenariat avec la Commission européenne, est le suivant Geneva Environment NetworkL'objectif de l'étude était d'examiner comment les villes avaient traduit concrètement leur engagement en faveur du changement climatique lors de la COP26 et si elles avaient réussi à influencer les négociations intergouvernementales qui ont abouti à l'accord sur le changement climatique. Pacte climatique de Glasgow.

Ont pris la parole lors de cet événement : Yunus Arikan (Directeur du plaidoyer mondial, ICLEI), Luis Alfonso de Alba (ancien envoyé spécial des Nations unies pour le Sommet de l'action climatique 2019), Angus Millar (Conseiller, Conseil municipal de Glasgow) et Agathe Cavicchioli (responsable de la défense des intérêts, C40).

Les gouvernements locaux et les autorités municipales (LGMA) font partie de l'Union européenne. 9 grands groupes de l'environnement et des processus liés au climat depuis 1995. Cependant, ils n'ont pas été véritablement considérés comme des partenaires jusqu'au Accords de Paris reconnu "l'importance de l'engagement de tous les niveaux de gouvernement [...] dans la lutte contre le changement climatique".[1]

Yunus Arikan a déclaré que "La COP26 a été une réussite remarquable, car elle a ouvert une fenêtre pour que le LGMA s'insère dans le processus de la Pacte climatique de Glasgow, qui va plus loin que les accords de Paris ". Le préambule du "Pacte climatique de Glasgow" souligne "le besoin urgent d'une action à plusieurs niveaux et d'une coopération", reconnaît "le rôle important des parties prenantes non-Parties, y compris [...] les gouvernements locaux et régionaux [...] pour contribuer à la réalisation de l'objectif de la [CCNUCC] et des buts des accords de Paris". et comprend plusieurs autres références aux dimensions et impacts locaux et régionaux du changement climatique.

La participation de plus de 400 groupes locaux à la COP26 et leur engagement actif par le biais de déclarations, d'événements parallèles, de diverses réunions et d'initiatives menées par les villes, ainsi que de nombreuses séances d'information et de débats à la conférence. Pavillon de l'action multi-niveaux (coordonné par ICLEI), a certainement contribué à ce bon résultat. Le C40 a également été un moteur de l'action des villes avant et pendant la COP, démontrant comment les villes sont à l'avant-garde en menant des actions fondées sur la science dans des secteurs à fort impact - tels que les bâtiments et les transports - et contribuant ainsi à l'ambition de 1,5°C.

Alors que le résultat négocié de la COP26 est central, Agathe Cavicchioli a rappelé que "Les villes ont un rôle crucial à jouer au-delà des salles de négociation et les COP offrent aux villes et aux partenaires l'occasion de se rassembler autour d'objectifs communs". De nombreuses initiatives menées par les villes contribuent à la mise en œuvre des accords de Paris, telles que la La course des villes vers zérooù 1 000 villes s'engagent à réduire de moitié leurs émissions d'ici à 2030. Collectivement, le potentiel d'émissions de gaz à effet de serre s'élève à 5 millions d'euros.th la plus grande économie du monde !   

S'exprimant au nom de la ville hôte de la COP26, qui a utilisé son pouvoir de convocation pour donner un bon ton aux négociations intergouvernementales et présenter son travail dans les domaines de l'environnement et du changement climatique, Angus Millar a déclaré : "La principale leçon tirée de la COP26 est que la force du nombre compte. Les villes qui parlent d'une seule voix ont une réelle opportunité d'affirmer leur importance et de lutter pour le climat et la justice sociale.". C'est pourquoi, lors de la COP26, la ville de Glasgow a profité de la présence de nombreux responsables municipaux pour développer des partenariats et des collaborations avec d'autres villes afin de tenir les promesses faites par les États.

Dans l'ensemble, les villes ont clairement joué un rôle important et ont été en mesure de se mobiliser collectivement pour influencer les négociations et le résultat de la COP26, plus généralement. Cela dit, il faut faire davantage pour renforcer la participation des villes et des groupes armés locaux aux COP liées au climat. Comme l'a déclaré Luis Alfonso de Alba : "Un maire ne peut pas être traité comme un observateur à la COP. Les maires ont souvent des responsabilités majeures dans la réduction des émissions et l'adaptation au changement climatique !". Les résultats des COP étant basés sur le plus petit dénominateur commun et obéissant à la règle du consensus, M. De Alba a souligné la nécessité pour les groupes de travail régionaux d'aller au-delà des COP, d'élaborer leurs propres plans et de se stimuler par une "concurrence positive".

Sur la question des COP plus largement, M. De Alba a également appelé à la nécessité de construire un consensus politique au plus haut niveau possible. Le changement climatique ne doit pas être abordé d'un point de vue technique, étant donné que sa résolution nécessite un changement fondamental dans notre façon de vivre, de produire et de consommer. C'est pourquoi les négociations de la COP doivent impliquer toutes les parties prenantes concernées, des chefs d'État aux différents ministères, en passant par la société civile, le secteur privé et, bien évidemment, les gouvernements locaux et régionaux, qui peuvent tous contribuer à l'objectif de 1,5°C.

À l'avenir, les groupes LRG devront continuer à s'engager en vue de la COP27 (7-18 novembre 2022, Sharm El-Sheikh, Égypte), notamment en renforçant le discours sur l'action à plusieurs niveaux et le fait que la collaboration entre tous les niveaux de gouvernement accélère l'action climatique. En particulier, les GAL sont appelés à faire le lien entre les contributions déterminées au niveau national (CDN) et les plans d'action, engagements et contributions climatiques locaux et régionaux. En outre, ils pourraient même soumettre des contributions déterminées au niveau régional et local, y compris leurs engagements et leurs réalisations en matière de réduction des émissions. Ces contributions viendraient compléter les CDN et stimuleraient une concurrence positive entre les groupes LRG, mais aussi entre les États et les groupes LRG, ce dont nous avons besoin pour atteindre l'objectif de 1,5°C !


[1] En outre, la décision de la Conférence des Parties adoptant l'accord de Paris (décision 1/CP.21, préambule §15 et paragraphe 133 du dispositif) a reconnu les villes et autres autorités infranationales comme des parties prenantes non-Parties avec lesquelles coopérer afin de mobiliser une action climatique plus forte et plus ambitieuse et a salué leurs efforts pour faire face et répondre au changement climatique.             

Article précédentRetraite stratégique annuelle de GCH 2021 Prochain articleLe piège de l'emballage plastique : qu'en est-il des villes dans les négociations interétatiques ?