Chercher

Les négociations sur l'accord relatif à la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies se poursuivent

L' Organe intergouvernemental de négociation (INB) pour rédiger et négocier une convention, un accord ou un autre instrument international de l'OMS sur la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies (PPR) a tenu sa 2e réunion à Genève. Les membres ont convenu qu'un nouvel instrument international sur la prévention des pandémies devrait être juridiquement contraignant. L'OIN vise à assurer une meilleure préparation et une réponse plus équitable aux futures pandémies. Il se réunira à nouveau en décembre 2022 et présentera un rapport d'activité à l'Assemblée mondiale de la santé en mai 2023. Les membres de l'INB travaillent à la conclusion de cet accord d'ici mai 2024. GCH suit le processus de près et continue de servir de plateforme pour faire connaître les positions et les intérêts des gouvernements locaux et régionaux (GLR) et les faire apparaître dans l'accord final.

Le premier projet parle déjà du rôle des gouvernements locaux. Nous pensons que nous pouvons aller plus loin.

La RPP doit être intégrée de manière systématique dans les approches de redressement de l'ensemble du gouvernement et de la société et ainsi briser le cycle de "panique et négligence". "Les mesures visant à déléguer l'autorité aux gouvernements locaux pendant les pandémies, conformément au contexte du pays, devraient être prises en compte" lors de l'élaboration de mesures législatives, administratives et techniques internationales, régionales ou nationales pour la PPR. GCH plaide pour que les maires, en tant que dirigeants les plus proches des communautés, jouent un rôle crucial lors de la mise en œuvre de "mesures visant à promouvoir et à renforcer l'engagement/la participation des communautés dans tous les éléments de la RPP afin de garantir leur appropriation et leur contribution à la préparation et à la résilience nationales, y compris les mesures de santé publique et sociales."

Covid-19 nous a rappelé à tous que la menace des pandémies est une réalité avec de graves conséquences sanitaires, sociales, économiques et politiques potentielles, qui frappent le plus souvent les collectivités locales et régionales. Le document reconnaît l'importance "d'engager tous les acteurs concernés dans la conception, le développement et la mise en œuvre d'un système global d'accès et de partage des avantages". Par conséquent, nous saluons l'approche multipartite de l'OMS et veillons à ce que les précieuses expériences des maires et des responsables municipaux soient intégrées dans le processus décisionnel.

Le travail de l'INB vise à assurer une meilleure préparation et une réponse équitable aux futures pandémies, et à faire progresser les principes d'équité, de solidarité et de santé pour tous. La plupart des gens considèrent que la question clé, en fin de compte, est de savoir si les pays veulent déléguer des pouvoirs à l'OMS pour enquêter sur les sources des épidémies. Mais il est peut-être encore plus important de s'assurer que les groupes de pression régionaux puissent influencer le processus, car ce sont souvent eux qui mettent en œuvre les mesures sur le terrain. Leur site expériences et voix sont primordiales pour être entendues dans le processus.

Article précédentUne première COP des villes pour réaffirmer le rôle crucial des villes dans la lutte contre le changement climatique