Le piège de l'emballage plastique : qu'en est-il des villes dans les négociations interétatiques ?

24 janvier 2022 3:00
  • Vues - 3358
Ajouter au calendrier 2022-01-24 03:00 pm 2022-01-24 04:45 pm Europe/Vaduz Le piège de l'emballage plastique : qu'en est-il des villes dans les négociations interétatiques ? Le 24 janvier 2022, le Geneva Cities Hub, le Geneva Environment Network et le bureau de Genève d'ONU-Habitat, avec le soutien de la Norvège, ont organisé le premier débat urbain de Genève de 2022 dans le but de promouvoir la voix des gouvernements locaux et régionaux (LRG) dans les procédures de l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement (UNEA) relatives aux plastiques. L'UNEA est ... Online et Villa Rigot

Description

Le 24 janvier 2022, le Geneva Cities Hub, le Geneva Environment Network, , et l' ONU-Habitat , avec le soutien de la Norvège, a convoqué le premier Geneva Urban Debate de 2022 dans le but de promouvoir la voix des gouvernements locaux et régionaux (GLR) dans les procédures de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (UNEA) relatives aux plastiques.

L'UNEA est l'organe décisionnel le plus élevé au monde en matière d'environnement. Tous les États membres de l'ONU y sont représentés. Elle se réunit périodiquement à Nairobi et adopte des résolutions portant sur les défis environnementaux critiques auxquels le monde est confronté aujourd'hui, notamment la pollution plastique 1.

La reprise de la 5ème session de l'UNEA (28 février - 2 mars 2022) constituera une occasion à ne pas manquer d'inclure les GLR dans les débats intergouvernementaux. Au cours de cette prochaine session, l'UNEA discutera de l'élaboration d'un nouveau traité international traitant des déchets marins et de la pollution plastique, y compris le cycle de vie complet du plastique.

Bien que les résolutions existantes de l'UNEA mentionnent la nécessité d'agir à tous les niveaux, y compris au niveau local, contre les déchets plastiques (voir OP1 et OP2 de l'UNEP/EA.4/Res.6, ou voir OP1 de l'UNEP/EA.7/Res.7) et exhortent les États à engager les autorités locales dans la gestion rationnelle des déchets solides, cela ne suffit pas. Il faut faire davantage pour inclure un langage concret et orienté vers l'action en ce qui concerne le rôle politique et opérationnel des collectivités locales dans la prévention et la gestion de la pollution plastique.

" La Terre en héritage, du néolithique à nous ", Musée des Confluences, Lyon, France


Impliquer les autorités locales et régionales lors des prochaines négociations à l'UNEA.

La consommation de plastiques représente un défi important pour les GLR du monde entier. En tant que niveau de gouvernement le plus proche de la population, les maires et autres autorités infranationales sont en première ligne de la lutte contre la pollution plastique. Ils portent souvent le fardeau d'une consommation élevée de plastique, car ils sont responsables de la gestion des déchets solides municipaux. "Dans toute l'Afrique subsaharienne, les villes sont surchargées par l'incapacité de gérer tous les déchets produits, généralement en dehors de leur territoire.", a déclaré Dr Godffrey Nato, ministre de l'environnement du comté de Mombasa au Kenya, également cité par Geneva Solutions. Ceci étant dit, les LRG sont également ceux qui peuvent s'engager plus facilement avec les individus et les entreprises au niveau local pour induire un véritable changement de comportement et rendre les solutions opérationnelles par le biais d'interventions politiques et d'investissements dans les infrastructures.

Divers messages devraient donc être transmis au cours de ces négociations, notamment la nécessité pour les collectivités territoriales de participer de manière significative, ainsi que de partager les défis et les bonnes pratiques dans le domaine des déchets marins et de la pollution plastique. "Les États ont besoin d'entendre parler des bons exemples et des bonnes pratiques au niveau local et régional, cela est très utile pour la prise de décision", a noté l'ambassadeur Tine Mørch Smith, représentant permanent de la Norvège auprès de l'Office des Nations unies à Genève.

L'UNEA, en tant qu'organe intergouvernemental, ne permet pas traditionnellement une participation directe des GLR. La question soulevée lors du Geneva Urban Debate était donc la suivante : comment les GLR peuvent-ils participer à l'UNEA, et avec quel statut ?

L'événement hybride a eu lieu à la Villa Rigot.

 

L'un des moyens est de passer par le "lobby" des LRG qui est accrédité comme groupe majeur auprès de l'UNEA. Deux réseaux internationaux de villes coordonnent le groupe majeur des autorités locales sur les questions liées à la pollution plastique. "ICLEI et le CGLU, en tant que points focaux pour les gouvernements locaux et régionaux du groupe majeur du PNUE, suivent de très près les préparatifs et les délibérations de l'UNEA5.2 et de Stockholm+50.", a noté M. Jean-Baptiste Buffet du CGLU, lors de la préparation du Geneva Urban Debate.

Une autre manière (plus difficile, cependant) serait de persuader les États négociateurs de la valeur ajoutée que pourrait apporter la participation des GLR. En effet, l'implication des GLR dans les négociations, par exemple en les incluant dans les délégations nationales ou en leur accordant un statut d'observateur spécifique, pourrait contribuer à ancrer les discussions dans la réalité, étant donné l'expérience pratique des GLR en matière de pollution plastique.

Quelle que soit la voie choisie, le Geneva Cities Hub, sur la base des discussions de l'événement, élaborera un langage spécifique pour les projets de résolutions de l'UNEA sur le plastique en relation avec la participation et le rôle des GLR dans la prévention et la gestion de la pollution plastique. Le GCH s'efforcera également de rallier le soutien de certains États, afin que ce langage puisse trouver sa place dans les négociations. "Nous promouvrons des propositions de langage spécifique sur les GLR sur notre site Internet et continuerons à plaider en faveur de leur participation lors de la prochaine session de l'UNEA.", a déclaré Mme Kamelia Kemileva, co-directrice du Geneva Cities Hub.

Afin de mieux comprendre le rôle et l'action des GLR en ce qui concerne la pollution plastique et quel langage spécifique pourrait mieux refléter cela, ONU-Habitat et le Geneva Cities Hub ont lancé une courte enquête pour une sélection de GLR, avant le Geneva Urban Debate. Les GLR ont été interrogés sur les questions spécifiques qui doivent être abordées, de leur point de vue municipal, par un accord international sur les déchets marins et la pollution plastique. L'enquête demandait également quelle place ils accordaient aux ODD liés aux déchets (ODD 11.6, 12.4, 12.5 et 14.1) dans leur planification municipale.

Les résultats de l'enquête ont été présentés avec les données sur les déchets à l'échelle des villes dans le cadre du suivi de l'indicateur 11.6.1 des ODD par Mme Nao Takeuchi, experte en gestion des déchets à ONU-Habitat. Elle a souligné l'importance des données pour une prise de décision fondée sur des preuves et une intervention efficace, en mettant en évidence l'énorme demande d'augmentation des investissements dans la gestion des déchets solides municipaux, en particulier dans les villes à faible ou moyen revenu. Elle a également présenté les résultats de l'enquête, qui montrent que les GLR attendent du gouvernement national qu'il mette davantage en œuvre un système plus fort de Responsabilité Elargie des Producteurs. La participation accrue du secteur privé à la prise en charge du coût de la gestion des plastiques à tous les stades du cycle de vie et les contrôles de la production de plastique et des emballages inutiles sont d'autres questions qui intéressent fortement les GLR. Près de 50% des personnes interrogées ont accordé une priorité élevée à l'ODD 11.6.1 sur les déchets solides municipaux et à l'ODD 12.5 sur le recyclage.

Enfin, les prochaines négociations de l'AUE seront également l'occasion d'échanger des connaissances et de s'informer sur les services - tels que le programme Waste Wise Cities de l'ONU-Habitat - fournis par les organisations internationales pour aider les États et les GAL à mieux gérer les déchets plastiques et autres et à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) 11 (Villes et communautés durables) et 12 (Production et consommation responsables).

Le Geneva Cities Hub et ses partenaires continueront à suivre et à contribuer aux projets de l'UNEA au fur et à mesure de leur évolution pendant les négociations et la mise en œuvre des résultats des résolutions.

 

 

 

1 Voir par exemple, UNEP/EA.4/Res.6 sur les déchets plastiques marins et les microplastiques, UNEP/EA.4/Res.7 sur la gestion écologiquement rationnelle des déchets ou UNEP/EA.4/Res.9 sur la lutte contre la pollution par les produits plastiques à usage unique.

2 À l'heure actuelle, les thèmes du Sommet des Villes UNEA5.2 qui ont été confirmés sont les suivants : 23 février matin : Solutions basées sur la nature pour lutter contre les chaleurs extrêmes et limiter la poursuite du réchauffement climatique (120 minutes) ; 23 février après-midi : Jardins urbains et périurbains à l'appui de systèmes alimentaires durables et résilients (120 minutes) ; 1er mars : Segment de haut niveau examinant la manière de mettre à l'échelle des solutions pour exploiter le pouvoir de la nature dans les villes (90 minutes).

 

 

À propos de l'événement

 

À la fin des années 1970, lorsque Christo, un artiste célèbre, a tenté d'envelopper le Pont-Neuf à Paris dans du polyamide, le maire de Paris de l'époque, Jacques Chirac, a d'abord rejeté le projet. Principalement parce qu'il pensait que les Parisiens n'apprécieraient pas l'œuvre d'art. Pas parce qu'il pensait que l'utilisation d'une telle quantité de plastique susciterait des préoccupations environnementales.

 

Des décennies plus tard, l'utilisation et la mauvaise gestion du plastique sont devenues un fardeau important pour les autorités. À ce titre, la pollution plastique est débattue à tous les niveaux par les États, les autorités régionales et locales, les entreprises, ainsi que par un large groupe d'organisations de la société civile. Ce sujet est également dans le collimateur de plusieurs organisations internationales, telles que la Commission européenne et le Conseil de l'Europe, le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), le Organisation mondiale du commerce (OMC) ou le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), avec la mise en place d’un mécanisme de coordination à l'échelle du système des Nations Unies..

 

L'Assemblée des Nations unies pour l'environnement (UNEA), l'organe décisionnel mondial le plus élevé en matière d'environnement, qui bénéficie de l'adhésion universelle de tous les États membres des Nations unies, prend l'initiative d'établir le mandat relatif à un accord mondial sur les plastiques lors de sa prochaine session au printemps 2022.

 

Mais quel est le statut des gouvernements locaux et régionaux (GLR) au sein de l'UNEA ? Pourrait-il être amélioré ? Si oui, comment ? Et dans quel but ? Les municipalités partagent-elles leurs connaissances et leurs expériences en matière de prévention et de réduction de la pollution plastique ?

  Le Geneva Cities Hub, avec ONU-Habitat, la Norvège, le Réseau Environnemental de Genève et des partenaires, accueille toutes les parties prenantes à un événement informel pour discuter des moyens concrets pour mieux inclure les GLR dans les négociations liées à la pollution plastique.  

Nous invitons toutes les parties prenantes à discuter des moyens concrets de mieux inclure les groupes cibles régionaux dans les négociations sur la pollution plastique.

 

Veuillez vous inscrire ci-dessous. 

 

 

Le laissez-passer COVID est nécessaire pour assister en personne

 

 

 
Intervenants

 

  Remarques de bienvenue, Amb. Mørch Smith, PR de la Norvège auprès de l'Office des Nations Unies à Genève

  • Mme Diana Rizzolio, Coordinatrice, Geneva Envorinment Networl, PNUE
  • Mme Nao Takeuchi, Experte en gestion des déchets, ONU-Habitat
  • Mme Melisa Wilkinson, Responsable des opérateurs en nouvelles technologies, Buenos Aires
  • Dr. Godffrey Nato, Ministre de l'environnement du comté de Mombasa, Kenya
  • M. Tatsuya Abe, Ville d'Odawara
  • M. Jean-Baptiste Buffet, Senior Advocacy Officer, CGLU
  • Mme Yumi Nishikawa, Responsable des villes intelligentes en plastique, Asie, WWF

 

Modération : Mme Kamelia Kemileva, Co-directrice, Geneva Cities Hub & M. Graham Alabaster, Chef, ONU-Habitat

 

Les partenaires

                                      

Vidéo de l'événement (en anglais)

 

 

 

 

Revue de presse

    Overwhelmed cities look to solve their plastic problem, Geneva Solutions, 28 janvier 2022