Chercher

Organisation mondiale de la santé (OMS)

  • Vues - 663

Institution

OMS

Description

Fondé en 1948, le Organisation mondiale de la santé (OMS) travaille avec 194 États membres pour améliorer la santé de tous, partout. Ayant son siège à Genève, elle est très présente sur le terrain avec 50 bureaux de pays et 6 bureaux régionaux. L'OMS mène des campagnes mondiales de prévention et de promotion de la santé, élabore des normes mondiales dans un large éventail de domaines liés à la santé et travaille également sur le terrain, aux côtés des gouvernements et des professionnels de la santé, pour renforcer les systèmes de santé nationaux. Son principal organe directeur est le Assemblée mondiale de la santéà laquelle tous les États membres de l'OMS participent.

 

 Défis et opportunités en milieu urbain

 

L'urbanisation, l'une des principales tendances mondiales du XXIe siècle, a un impact considérable sur la santé. La plupart des 4,2 milliards d'habitants des villes souffrent de logements et de transports inadaptés, d'un assainissement et d'une gestion des déchets médiocres, et d'une qualité de l'air qui ne respecte pas les lignes directrices de l'OMS. 91% des habitants des zones urbaines respirent un air pollué. D'autres formes de pollution, comme le bruit, la contamination de l'eau et du sol, les "îlots de chaleur urbains" et le manque d'espace pour la marche, le vélo et la vie active font des villes des épicentres potentiels d'épidémies de maladies non transmissibles et des moteurs du changement climatique. Environ 40% de la croissance urbaine se fait dans des bidonvilles qui manquent d'eau potable et d'assainissement. En ce qui concerne les régimes alimentaires sains, l'urbanisation accroît la distance entre la ferme et la table, ce qui entraîne une augmentation de la demande d'aliments transformés et malsains.

En conséquence, les villes sont confrontées à la triple charge sanitaire des maladies infectieuses telles que le VIH/sida, la tuberculose, la pneumonie, la dengue et la diarrhée ; des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l'asthme, le cancer, le diabète et la dépression ; et de la violence et des blessures, y compris les accidents de la route.

Une urbanisation rapide et non planifiée peut avoir de nombreux effets négatifs sur la santé sociale et environnementale, qui frappent le plus durement les plus pauvres et les plus vulnérables. La pandémie de COVID-19 a montré que les villes sont souvent les premières victimes des urgences sanitaires.

Toutefois, la pandémie de COVID-19 a également démontré le rôle crucial des villes dans la conduite de la réponse de première ligne, la fourniture de services essentiels et la conduite du rétablissement à long terme. Une urbanisation durable et bien planifiée peut apporter des avantages sanitaires et économiques. Les villes peuvent créer des opportunités pour une meilleure santé, des environnements plus propres et une action sur le climat. Des politiques urbaines fortes doivent donner la priorité à la santé, car elle est essentielle pour favoriser de bons moyens de subsistance urbains, constituer une main-d'œuvre productive, créer des communautés résilientes et dynamiques, permettre la mobilité, promouvoir l'interaction sociale et protéger les populations vulnérables.

 

 

OMS et santé urbaine

 

D'ici 2023, l'OMS vise à atteindre le Les objectifs de Triple Billionqui expose un plan ambitieux pour que le monde parvienne à une bonne santé pour tous, en utilisant des politiques et des programmes fondés sur la science :

  • 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant d'une couverture maladie universelle,
  • 1 milliard de personnes supplémentaires mieux protégées contre les urgences sanitaires,
  • 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant d'une meilleure santé et d'un plus grand bien-être.

 

Conformément à ce plan ambitieux, l'OMS aide les villes à élaborer et à façonner des politiques et des actions sanitaires adéquates. En effet, la santé urbaine est d'une importance capitale pour le programme mondial de santé au sens large. C'est pourquoi l'OMS aborde la santé urbaine de multiples façons transversales, en mettant l'accent sur l'amélioration de la qualité de l'air, de l'eau et de l'assainissement et d'autres déterminants environnementaux ; une planification urbaine saine ; des environnements plus sains et sans tabac ; une mobilité sûre et saine ; la prévention de la violence et des traumatismes ; des systèmes alimentaires et des régimes alimentaires sains ; la gestion environnementale des maladies à transmission vectorielle ; la préparation et les interventions d'urgence en milieu urbain.

Travailler dans tous les secteurs avec toutes les parties prenantes et assurer la cohérence des politiques dans différents domaines est essentiel pour créer des environnements favorables et propices à la santé et faire en sorte que les considérations de santé et d'équité soient intégrées dans le processus de planification, les investissements et les décisions politiques au niveau local.

L'OMS soutient le renforcement de la base de données factuelles pour permettre aux décideurs de prendre des décisions éclairées lorsqu'ils s'attaquent aux risques sanitaires. L'OMS dirige et participe à des activités de partenariat favorisant les échanges entre villes et contribue à l'élaboration de cadres institutionnels et politiques pour une bonne gouvernance urbaine en faveur de la santé et du bien-être dans les villes.

D'ailleurs, l'OMS a créé un référentiel de ressources sur la santé urbainequi comprend des ressources offrant un soutien technique et propose des rapports et des lignes directrices stratégiques, des outils d'évaluation de l'impact sur la santé et d'autres produits relatifs à la santé urbaine et aux villes.

 

Réseaux et initiatives des villes de l'OMS

 

L'OMS adopte une approche holistique de la santé urbaine et aide les villes à travailler sur des sujets spécifiques. Elle a développé divers réseaux et soutient des initiatives, telles que :

 

1. Villes-santé de l'OMS dans les six régions différentes

A Ville saine vise à :

  • créer un environnement favorable à la santé,
  • atteindre une bonne qualité de vie,
  • fournir des services d'assainissement et d'hygiène de base,
  • fournir l'accès aux soins de santé.

Pour être une ville saine, il faut non seulement disposer d'infrastructures sanitaires, mais aussi s'engager à améliorer les environs de la ville et être prêt à établir les liens nécessaires dans les domaines politique, économique et social.

Sur la base de cette définition, l'OMS soutient un mouvement mondial de Villes-santé visant à faire de la santé une priorité dans le programme social, économique et politique des administrations municipales. Le mouvement prend différentes formes dans les six Régions. Le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe gère un réseau des villes désignées sur la base d'engagements clairs, et il soutient également les réseaux nationaux. Le Bureau régional de la Méditerranée orientale dispose d'un système d'attribution du statut de Villes-santé aux villes des pays de la région, sur la base d'une auto-évaluation et d'une évaluation locales. Les villes-santé de la région du Pacifique occidental sont soutenues par l'Alliance des villes-santé du Pacifique occidental, une organisation non gouvernementale dirigée par l'école de médecine de Tokyo, et comprennent un système de remise de prix aux villes qui ont réussi. L'approche "Healthy City" est également appliquée dans la région africaine, dans les Amériques et en Asie du Sud-Est. Certaines régions organisent régulièrement des réunions de maires et d'autres publient des déclarations en faveur des villes-santé dans différents domaines.

 

2. Initiative de l'OMS pour la santé urbaine

L' Initiative de l'OMS pour la santé urbaine (UHI) vise à réduire les décès et les maladies liés aux polluants atmosphériques et climatiques - sauver des vies en reliant santé, environnement et développement durable. L'UHIIt vise à doter le secteur de la santé des données, des outils et des capacités nécessaires pour démontrer au public et aux décideurs l'ensemble des avantages sanitaires et climatiques pouvant découler de la mise en œuvre de politiques et de stratégies locales de réduction des émissions. Deux villes pilotes participent actuellement à cette initiative : Accra (Ghana) et Katmandou (Népal).

 

3. Réseau mondial de l'OMS pour les villes et communautés amies des aînés

Ce site réseau aide les villes et les communautés à créer des environnements favorisant et préservant la santé des personnes âgées. Il facilite l'échange d'informations, de connaissances et d'expériences et aide les villes et les communautés à trouver des solutions appropriées, innovantes et fondées sur des preuves. COVID-19 a prouvé une fois de plus que les personnes âgées pouvaient être touchées de manière disproportionnée. L'isolement physique de leur réseau social traditionnel - y compris la famille, les amis et les professionnels de la santé - augmente le risque d'isolement social, d'anxiété et de solitude, ce qui peut avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale. Les gouvernements locaux ont été en première ligne pour prendre les mesures nécessaires afin de réduire ces impacts du COVID-19. Le site Réseau mondial de l'OMS pour les villes et communautés amies des aînés comprend actuellement 1333 villes et communautés dans 47 pays, couvrant plus de 298 millions de personnes dans le monde. Conformément aux objectifs de développement durable, le réseau favorise Vieillir en bonne santé et ne laisse personne derrière.

 

4. La campagne BreatheLife

BreatheLife est une campagne mondiale qui mobilise les villes et les particuliers pour qu'ils prennent des mesures contre la pollution atmosphérique afin de protéger notre santé et la planète. Cette campagne est menée par l'OMS, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et la Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC). Elle offre une plateforme aux villes pour partager les meilleures pratiques et démontrer les progrès accomplis dans leur démarche pour protéger la santé contre la pollution atmosphérique et atteindre les objectifs de l'OMS en matière de qualité de l'air d'ici 2030.

 

5. Partenariat Bloomberg pour des villes saines

L' Partenariat Bloomberg pour des villes saines est un réseau mondial de villes qui s'engagent à sauver des vies en prévenant les maladies non transmissibles (MNT) et les blessures. Il permet aux villes du monde entier de mettre en œuvre une politique ou un programme à fort impact pour réduire les maladies non transmissibles et les blessures dans leurs communautés. Les villes peuvent recevoir un soutien pour mettre en œuvre des interventions dans 14 domaines spécifiques, de la création d'une ville sans fumée à la promotion de la mobilité active, en passant par la taxation des boissons sucrées.

 

 

Le travail normatif et les domaines programmatiques de l'OMS

 

1. Guide de l'OMS pour renforcer la préparation aux urgences sanitaires dans les villes

L'un des plus récents documents d'orientation opérationnelle de l'OMS, destiné aux autorités nationales et locales, vise à soutenir les efforts de préparation aux urgences sanitaires en milieu urbain. Le document d'orientation de l'OMS "Renforcement de la préparation aux urgences sanitaires dans les villes et les milieux urbains : conseils aux autorités nationales et localesL'initiative " La santé en milieu urbain " recense les défis à relever dans huit domaines clés de la préparation aux urgences sanitaires (notamment la gouvernance et le financement, la coordination multisectorielle, la forte densité de population et les déplacements, l'engagement communautaire, les données, etc.) Étant donné l'importance des villes dans la prévention, la préparation et la réponse aux urgences sanitaires, il est nécessaire de mettre davantage l'accent sur les milieux urbains pour que les pays améliorent leur sécurité sanitaire globale. Le document d'orientation de l'OMS propose diverses approches et actions pour permettre aux autorités nationales et locales de se préparer au mieux à une urgence de santé publique dans une ville ou un milieu urbain.

En mai 2022, la 75e Assemblée mondiale de la santé a adopté une résolution sur le "renforcement de la préparation et de l'intervention en cas d'urgence sanitaire dans les villes et les milieux urbains". Elle reconnaît le rôle important que jouent les villes et les autorités locales dans la prévention, la préparation et la réponse aux urgences sanitaires. La résolution exhorte les États membres à accorder l'attention voulue à la préparation et à l'intervention en cas d'urgence sanitaire dans les villes et les milieux urbains. Il demande à l'OMS de fournir un soutien technique pour renforcer les capacités et les moyens de préparation et de réponse aux urgences sanitaires en milieu urbain.

 

2. Directives de l'OMS sur la qualité de l'air

Directives de l'OMS sur la qualité de l'air sont un exemple qui démontre l'importance d'inclure les gouvernements locaux pour un travail efficace sur les questions de santé. Les politiques et la planification urbaines saines jouent un rôle essentiel pour atteindre les niveaux de qualité de l'air recommandés par l'OMS, générant des effets positifs sur la santé et des économies. Les lignes directrices sont un ensemble de recommandations fondées sur des données probantes concernant les valeurs limites pour des polluants atmosphériques spécifiques, élaborées pour aider à atteindre une qualité de l'air qui protège la santé publique. La première version des lignes directrices a été publiée en 1987. Depuis, plusieurs versions actualisées (la dernière date de juin 2021) ont permis de maintenir leur pertinence et de soutenir un large éventail d'options politiques pour la gestion de la qualité de l'air.

 

3. Directives de l'OMS sur le logement et la santé

L'amélioration des conditions de logement peut sauver des vies, prévenir les maladies, accroître la qualité de vie, réduire la pauvreté et contribuer à atténuer le changement climatique. Le logement revêt une importance croissante pour la santé compte tenu de la croissance urbaine, du vieillissement des populations et du changement climatique. Publié en 2018, le rapport de l'OMS Directives en matière de logement et de santé aide les partenaires nationaux à développer des outils et des stratégies pour traduire les normes de logement normatives en actions nationales. Pour ce faire, il collabore avec un vaste réseau de partenaires internationaux, notamment : les bureaux nationaux et régionaux de l'OMS ; les ministères de la santé ; les ministères du bâtiment et de la construction ; les centres collaborateurs de l'OMS ; d'autres organismes des Nations Unies, en particulier le... Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) ; et les organisations non gouvernementales.

 

Ressources supplémentaires

 

 

Personnes de contact

 

27 juin 2022